Isabelle Olivier – Harpiste, compositrice, professeure et directrice artistique de Métamorphose

Ce que la presse en dit

TTT Télérama
avec la très poétique Isabelle Olivier, l’accordéoniste David Venitucci, la chanteuse Norma Winstone qui a enregistré des disques essentiels sur ECM et cette rythmique de rêve, Michel Bénita à la contrebasse et Peter Erskine, ex-batteur de Weather Report…une brise à la menthe soufflera sur la scène blanche du Paris Jazz Festival. Tous au Parc floral!

Michel Contat

CHOC Jazz Magazine/Jazzman pour “My foolish harp”
“…Un album très zen en somme où tout se joue avec intelligence, à fleuré moucheté. Un album où chacun des musiciens travaille le matériau à sa manière avec le même sens de l’épure et du dépouillement et duquel émerge pourtant la richesse de cette harpe dont Isabelle Olivier nous dévoile ici toutes les possibilités.”
Jean-Marc Gelin - JazzMagazine/Jazzman

« Cette musicienne […] ne succombe jamais à l’esthétique « féerique » attachée à cet instrument. En solo ou confrontée aux machines électroniques d’Olivier Sens, elle développe un langage quasiment monkien, se refusant à toute virtuosité gratuite pour privilégier une exploration des potentialités de cet instrument »
Bernard Loupias – Le Nouvel Observateur

« Entre les notes et le silence, l’harmonie et la dissonance, la pureté et l’artifice, le cœur d’Isabelle Olivier ne cesse ainsi de balancer. Cette gracieuse indécision donne toute sa richesse à une musique expressive et narrative, qui parvient finalement à être rassembleuse sans être bassement consensuelle »
Richard Robert – Les Inrockuptibles

“Isabelle Olivier n’invite pas à écrire sur la musique mais à se ruer sur l’instrument. Elle ne cherche pas à garder la musique comme un doux et intime secret, mais fait naître la soif de la transmettre, de partager la bonne nouvelle: le jazz n’est pas mort »
Mathieu Durand – Citizenjazz.com

« Nous tombons sous le charme de cette harpe qui s’intègre dans un magnifique quintette, proposant un répertoire original et novateur. Une musique belle, sauvage et libre comme l’océan, ouverte à toutes les directions et à tous les climats, pour laquelle chacun compose et insuffle sa propre poésie à l’ensemble. »
Lionel Eskenazi – Jazzman - Jazzmagazine

« En toute circonstance, elle tire le meilleur parti de « la profondeur et la son instrument, qu’elle assimile aux couleurs et chants de « l’océan ». […] à plaisir les cordes et les vents pour délivrer une musique très ouverte, jusqu’à aborder un rivage inattendu, via une confrontation singulière instrument intemporel et les textures électroniques d’Olivier Sens. »
Robert Latxague – Jazz Magazine

Avec Isabelle Olivier, la harpe devient tour à tour instrument à vent, percussions africaines, chants d'oiseaux ou vibration électronique. Isabelle nous invite à une plongée magnifique dans les possibilités illimitées d'un monde de l'infiniment petit, celui d'une harpe mutante réinventée par une authentique musicienne

Jean-Luc Caradec LA TERRASSE

"Avant d’écouter Isabelle Olivier, il vaut mieux laisser de côté tous les clichés séculaires circulants sur la harpe. Depuis des années la jeune femme s’amuse à frotter l’instrument des Muses à toutes sortes de milieux musicaux: l’ordinateur d’Olivier Sens (duo Island 41) ou le saxophone de Sébastien Texier (Quintet Océan). Si la harpe tombe de son piédestal pour fricoter avec le jazz, les musiques improvisées et électroniques, force » de elle marie malléable, entre son elle n’en sort que plus mystérieuse et captivante. Dans son nouvel opus, "My Foolish Harp", la musicienne poursuit sa route en invitant à la fête la voix délicate de Youn Sun Nah, la prestigieuse batterie de Peter Erskine, l’émouvante clarinette de Louis Sclavis ou l’accordéon Baladeur de David Venitucci.

M. Durand - LA TERRASSE

Inscription à la newsletter